Champagne et Bulles de France

Dernière mise à jour : 21 avr.


Pour célébrer la reprise des articles sur le blog, je vous propose une immersion dans le monde des Champagnes et Bulles de France ! Cet article vous permettra de vous retrouvez dans les rayons ou chez votre caviste pour vos futurs événements.


"Je ne bois du Champagne qu'a deux occasions : Quand je suis amoureuse et quand je ne le suis pas" - Coco Chanel



Commençons par une petite introduction en la matière ! Tout d'abord, sachez qu'il existe plusieurs vins pétillants. Quand un vin a des bulles, ont dit qu'il est pétillant ou effervescent, s'il n'en a pas, on parle alors de vins tranquilles.


Notre voyage commence par la découverte du vin pétillant le plus connu et le plus exporté dans le monde

( 244 millions de bouteilles en 2020) : Le Champagne !



Le Champagne doit son nom à sa région de production, la Champagne-Ardenne. Bien que connue dans le monde entier, la création du Champagne reste encore un mystère. Néanmoins, nous savons que Dom Pérignon (1638 - 1715), un moine bénédictin, a beaucoup travaillé sur la fabrication des Champagnes. Il a trouvé plusieurs procédés pour améliorer les vins : la solution pour obtenir à coup sûr une mousse régulière, comment faire des vins blancs avec des raisins rouges, la méthode pour assembler les trois cépages principaux de Champagne (le Chardonnay, le Pinot Noir et le Meunier).

D'ailleurs vous trouverez sur certaines bouteilles "Blanc de Blancs" ou "Blanc de Noirs", ces mentions signifient que le vin pétillant Blanc et issu de raisin Blancs ou de raisins Noirs. Il a également innové sur la conservation des vins : création du bouchon en liège, travail sur épaisseur de la bouteille et évolution des méthodes de stockage.


Après la fermentation alcoolique* permettant de donner naissance à un vin blanc tranquille a lieu la deuxième fermentation dans la bouteille. Celle-ci favorise l'apparition des bulles. A la fin de cette fermentation, du dépôt s'est formé au fond de la bouteille. En la positionnant progressivement tête en bas, les levures vont s'accumuler par gravité dans le goulot. La bouteille va être ensuite débouché rapidement, de ce faite les levures mortes vont sortir à l'aide de la pression.


La quantité de vin qui s'échappe en même temps que les levures mortes, va être remplacée par une liqueur d'expédition (du vin et du sucre). La quantité de sucre rajouté a ce moment là définira si le champagne est Zéro dosage (moins de 3g par litre) Extra Brut (entre 3 et 6g), Brut (entre 6 et 12g), Extra Dry (entre 12 et 17g), Sec (entre 17 et 32g), Demi-Sec (entre 32 et 50g) et Doux (plus de 50g).


Toutes ces étapes de fabrication forment la Méthode Champenoise.


Peut être avez-vous aussi déjà dégusté un Crémant ? Celui-ci est produit dans plusieurs régions Française, uniquement sur autorisation (Bourgogne, Alsace, Loire, Bordeaux, Jura, etc).

La fabrication est identique à celle du Champagne mais comme l'aire géographique n'est pas la même, il ne peut porter ce nom. Ainsi, on parlera d'une méthode de fabrication dite "Traditionnelle".


Ma Grand-mère disait toujours "Il vaut mieux boire un bon Crémant qu'un mauvais Champagne". Ne lui en voulez pas, elle est d'origine Bourguignonne et c'est à ses yeux la seule région viticole qui existe.

Cette citation n'est toutefois pas anodine car elle me permet d'étayer mes propos. En effet, je ne peux que vous inviter à goûter des Crémants de régions différentes. Souvent considéré comme un "Champagne bas de gamme" de par son prix souvent moins élevé que le Champagne, il n'en est rien. Selon moi les Crémants ne sont pas des petits Champagnes ou des mauvaises imitation de celui-ci. Ils sont à découvrir, a déguster et surtout a apprécier !

 

Une troisième méthode existe pour faire des vins pétillants, on l'appelle Ancestrale. Celle-ci ne nécessite qu'une seule fermentation qui va créer l'alcool et les bulles. De cette façon, le sucre n'est pas totalement transformé et les bulles restent légères et subtiles. Cette méthode est utilisée pour la Clairette de Die, le Gaillac ou encore le Bugey-Cerdon. Ce sont des vins faciles, sans prétention, qui permettent de célébrer avec des bulles sans pour autant avoir un vin trop sec ou trop alcoolisé. Ils sont souvent le bon compromis pour toutes celles et ceux qui aiment les vins moelleux et / ou qui souhaitent débuter l’apprentissage de le dégustation des vins pétillants.


 

Vous trouverez en magasin une autre dénomination "Vin Mousseux", celle-ci consiste à rajouter du dioxyde de carbone alimentaire dans un vin blanc, le gaz ne provient donc pas d'une fermentation. Ils peuvent être fabriqué partout en France et en Europe. A la dégustation le gaz est plus présent, à la vue il y a souvent plus de bulles et de mousse dans le verre, au nez le dioxyde est plus "piquant" et en bouche, la mousse revient en force. Ce procédé évolue constamment, les effets et sensations sont donc différents en fonction de l'entreprise et du gaz utilisé.


 

Pour conclure, vous pouvez voir que le terroir Français offre beaucoup de possibilités. Votre choix va donc se faire en fonction de plusieurs éléments :

- Votre budget, (dans l'ordre de prix croissant) vous pouvez vous diriger vers les Vins Mousseux, les AOP comme Bugey-Cerdon, Gaillac, les Crémant de Bordeaux, de Savoie, de Loire, de Bourgogne, d'Alsace et enfin vers les Champagnes.

- Vos gouts, la Clairette de Die, le Gaillac pour le coté aromatique, les Champagnes Blanc de Blancs pour leurs légèretés, les Blanc de Noirs pour leur structure.

- Vos envies, l'occasion, le moment dans la journée.


"Gardez toujours une bouteille de Champagne au frais pour les grandes occasions. Parfois, la grande occasion c'est d'avoir une bouteille de Champagne au frais" - Hester Browne

Balthazar'ment,

Guillaume



*Fermentation alcoolique : Transformation naturelle des sucres du raisin en alcool par des levures.


22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout