Les vignes françaises à la merci du froid

Vous avez sûrement vu l'information passer ces derniers jours, le vignoble français a été frappé de plein fouet par le gel. Cet événement sans précédent va évidemment impacter la production du vin français sur les années à venir. Je vous propose de revenir ensemble sur ces images qui font l'actualité.


Durant les deux premières semaines d'Avril, les températures en France sont descendues vertigineusement dans les vignes et dans les vergers (jusqu'à atteindre les -5° à Chalon-Sur-Saône, -1° à Nîmes, ou encore -4° à Avignon le 08/04/2021). Le gel s'est donc installé, d'abord dans le Nord de la France, en Bourgogne, à l'Est de la Loire et en Champagne. Ensuite le Mistral qui, en séchant et réchauffant les rangs de vignes, protégeait l'Est du Languedoc, la Provence et la Vallée du Rhône, s'est arrêté pour laisser le gel s'étendre dans ces régions.

C'est pratiquement toutes les régions françaises qui ont été touchées par le gel.


Le changement climatique responsable des gelées historiques


© Boyer Claude /MAXPPP


Si nous avons pu constater plusieurs records de froid au mois d'avril, le mois de mars, lui, affichait des températures bien plus hautes que les normales de saison.

Bien que les gelées soient plutôt courantes au mois d'avril, c'est leur intensité qui inquiète d'autant plus qu'elles sont confrontées à des hausses de températures brutales. Certains scientifiques ont remarqué que depuis plus de 20 ans, la saison printanière arrive précocement et provoque dans les plantations des poussées de bourgeons. Cette période est donc la plus sensible au gel pour les plantes.

L'écart entre les températures de la dernière semaine de mars et la première d'avril s’est ressentit partout en France avec plus de 30°C de différence par endroit. À Grenoble, par exemple, le thermomètre affichait un record de chaleur de 24,7°C le 30 mars et un record de froid de 1,3°C le 6 avril.


Ce n'est donc pas tant le froid qui est un problème mais plutôt l'arrivée précoce du printemps qui vient troubler les plantes alors en phase de "sommeil". Ces "faux printemps" envoient donc de faux messages aux plantes qui entrent en floraison. Ces variations météorologiques sont évidemment entièrement liées au dérèglement climatique.


Protéger les vignes du gel


Les chutes drastiques de températures apparaissent la nuit car l'humidité des sols ainsi que l'absence de soleil accentuent la descente frénétique des degrés Celsius. Toutefois, les vignerons ont entre leurs mains quelques techniques pour tenter de protéger les vignes du gel pendant la nuit.


Tout d'abord les chaufferettes, c'est la méthode la plus esthétique à observer mais aussi la plus dure à mettre en œuvre. Ce sont des centaines de cheminées disséminées dans les rangs de vignes qui vont rester allumées toute la nuit pour chauffer l'air ambiant. Il y a quelques décennies, les vignerons brûlaient du fioul à l'intérieur de ces cheminées. Toutefois, le fioul n'étant pas du tout écologique, ni économique, les vignerons sont passés au bois puis désormais à des bougies de paraffine qui durent plus longtemps.










© Aurélien Ibanez © Titouan Rimbault

Ensuite, il existe la technique de l'aspersion qui consiste à asperger les vignes d'eau durant la période de gel. L'eau extérieure à la plante va donc geler et emprisonner le pied de vigne dans un cocon de glace, les feuilles et les ceps vont rester à leurs températures comme dans un igloo. Cette méthode permet aux vignerons de garder les vignes intactes pendant les nuits de gel, mais le dégel du matin peut être fatal si les températures remontent trop vite.







© Michel Joly Source : Chablis.fr

D'autres méthodes existent comme l’éolienne ou l’hélicoptère. Elles permettent de brasser l'air dans les vignes et de remonter les températures de quelques degrés. Ces techniques restent néanmoins peu utilisées car très couteuses et peu efficace en cas de froid extrême.


Un lourd bilan pour les vignerons


Le résultat de ces gelées printanières est une catastrophe pour les vignerons. En effet, les quelques semaines de beau temps de mars ont réveillées les vignes et la végétation en général : les bourgeons sont sortis, les feuilles se sont ouvertes et certaines fleurs ont éclos. Ce sont ces changements de températures anormaux pour cette saison qui sont à l'origine de cet événement climatique.

Après plusieurs nuits de gel à répétition, le froid détruit, "brûle" les feuilles et les fleurs qui ne donneront pas ou peu de fruits. Chez certains vignerons c'est toute une récolte qui est gâchée, le millésime 2021 reste, sur la quantité et la qualité, incertain pour le moment.

Source : Agri71.fr


Par cet article je souhaite beaucoup de courage à ces vignerons mais aussi producteurs fruitiers touchés par ces dérèglements climatiques dont l'Homme est à l'origine.

Je vous donne rendez-vous dans quelques mois pour suivre l'évolution du vignoble français et les surprises que nous pourrions avoir.


35 vues0 commentaire